Un régal dans les Ecrins... mais sans le dessert !

Le 29.06.2017, par LaurenceR-c4d, 2 commentaires


Stage d’initiation à l’alpinisme encadré par Patrick Bossoutrot et Yann Quillard 

Un séjour just mythic

Les chanceux : Alexis, Franck, Yvon, Esther, Laurence, Yann, Patrick

Départ le samedi 24 juin : montée au Refuge du Glacier Blanc (2542m)

Direction le pré de Madame Carle sur la commune d’Ailefroide

Montée au refuge du Glacier Blanc, petit à petit, on observe les torrents en tresse du Pré de madame Carle, l’accès permet de découvrir les vestiges d’un ancien lac glaciaire, les matériaux charriés par les fortes pentes se sont déposés pour créer des îlots. Chemin sinueux interminable heureusement, la flore est magnifique … on pourrait prendre le temps de botaniser un peu si nos chers sacs n’étaient pas si lourds.

Du refuge, on a la chance de contempler les particularités de cette vallée glaciaire, les langues glaciaires fluctuent au gré des conditions climatiques, le glacier ne cesse de remonter.

Dimanche 25 juin : montée au refuge des Ecrins (3175m)

Au cours de la progression, école de neige dans les parties en glace du Glacier blanc. Présentation du matériel, découverte des différents piolets techniques et leur maniement.Comment faire sa trace, comment poser des broches, faire un Abalakov.

Cuisine délicieuse du refuge des Ecrins, couette  douillette  ainsi qu'une bibliothèque fournie des éditions Guérin : royal de lire Salto Angel de Stéphanie Bodet  en refuge

Lundi 26 juin : Ecole de neige au dessus du refuge

Assurage en mouvement, assurage en relais, réaliser des ancrages, techniques des corps morts (champignon, piolet ancre, sac en plastique). Atelier mouflage : de la micro-traction au machard. Beaucoup de discussions sur les différentes techniques avec leurs points forts et leurs limites…des anneaux à la main (en avoir ou pas, grande polémique).

 

Mardi 27 juin, course mixte : Pic du glacier blanc 3525m (F), versant S du glacier blanc puis voie normale

Magnifique course à la visibilité variable, nous avons évolué en 2 cordées, depuis le glacier blanc, entre crapahut dans les blocs de rocher et marche dans les névés et petites goulottes. Chacun met en application sur le terrain les nouveaux savoir-faire.

 

Retour au refuge des Ecrins pour la fameuse Omelette des Ecrins (bon la Carbonara est délicieuse mais faut véritablement être affamé pour la terminer !), mais du fait des conditions météo défavorables, nous décidons de regagner nos pénates. Dôme des Ecrins… ce sera pour une prochaine édition, le dessert !

Apéro chez le papy d’Ailefroide, le seul habitant à l’année et qui connaît toutes les courses ! Un moment digne des films d’Audiard, où comment Yan découvre que l’on lui a commandé une bière sans alcool !

Merci Yan et Patrick pour leur pédagogie et leur patience et à tous les membres de la team Ecrins… c’était presque mythique. Ces Ecrins sont vraiment un terrain de jeu à nul autre pareil.