Les échoués de l’autoroute blanche ? Igloo, igloo, igloo…

Le 26.02.2020, par JeanfrancoisP-1bb, 5 commentaires


Nous sommes partis à 7 et 3 participants ont échappé à l’aléa mécanique. Pour les 4 personnes bloquées, l’aventure prévue s’est résumée par une prise en charge de l’assurance assistance.

Après quelques échanges téléphoniques, nous avons rapidement rejoint le départ de notre randonnée « Les Allamands » pour arriver avant 13 heures à 1950 mètres. Le casse-croute consommé, notre maître d’œuvre a pris en charge les opérations.

Au préalable, l’étude de sol, sonde à l’appui, a permis de valider l’emplacement de notre abri éphémère 100% écolo. Les apprentis maçons en construction d’igloo se sont activés sur les conseils avisés de notre expert, également associé aux travaux. Tout d’abord un amas de sacs à dos en guise de tuteur recouvert de neige pour former le dôme et ensuite les sacs ont été retirés par le futur accès. A la périphérie du dôme, une belle cavité a été creusée avec un volume ajusté.

Un moment d’égarement pendant ce rythme soutenu « Halte aux cadences infernales » si Non, ? On plante les banderoles… Le superflu nous rappelle à l’essentiel, l’objectif de terminer à 16h30.

Le tunnel d’accès réalisé suivant la même technique que le dôme, notre professionnel en revêtements muraux a donné son coup de patte afin d’éviter les gouttières avec un outillage issu des dernières technologies aéronautiques et réalisé les aménagements intérieurs (éclairage, niches de rangement, mise en place des couchages et stockage des sacs). Pour parfaire l’ensemble, un coin cuisine extérieur protégé d’un muret de neige coupe-vent a été créé. A l’issu des 2,50 heures de chantier, c’est la déclaration de fin de travaux avec remise d’ouvrage en présence de tous les corps de métiers. Bravo pour la réalisation.

Place à l’écran géant haute définition avec spectacle jusqu’au coucher de soleil. Les couleurs diurnes rejoignent progressivement les couleurs nocturnes. Notre esprit contemplatif nous fait oublier un des fondamentaux, à savoir préparer l’eau chaude et la stocker. Vite rattrapé, c’est l’heure du dîner. D’abord l’apéritif, Zut, c’est loupé pour l’apéro, la soupe aux légumes du jardin et le gâteau maison aux fruits secs aussi. Les produits prévus sont repartis avec les échoués de l’autoroute, on pense à vous les amis… Un saucisson fera l’affaire avec les pates spéciales « igloo » importées pour l’occasion, devinez quoi, les coquillettes Barilla n°32 et oui, car attention, ça ne marche pas avec une autre sorte… Un cake aux fruits, une infusion et un « canard » pour clore notre repas.

La voute céleste nous propose déjà toutes ses étoiles, on verra plus tard celles que l’on décrochera pour la qualification de notre logis. Il est 20H30, une voix nous fait comprendre qu’il est l’heure où nos chères gallinacées de Bresse sont déjà couchées. Une nuit, pour l’un placée sous un doux ronronnement, pour le deuxième confortable, reposante mais les yeux ouverts et pour le troisième, sans sommeil et plutôt glaciale, peut-être dû à une erreur de lecture de l’indice du sac de couchage, bref un peu galère pour ce dernier mais largement compensée sur le matin par une avalanche de duvets libérés.

La deuxième journée très agréable, sous le signe du soleil, nous a amené pour un beau point de vue venteux à la Tête de Bostan : les Dents d’Oddaz, la Pointe de la Golette, les Dents Blanches, etc... Au retour, le reste de nos effets récupérés, nous avons restitué notre demeure à Dame Nature où chacun, selon sa perception, lui affectera un nombre d’étoiles.

Merci à Eric un peu "MacGyver" pour ce WE insolite passé dans la bonne humeur et à ces petits secrets de construction,

Pour les connaître : L’igloo, une expérience à vivre…